Paul Gascoigne : Gazza, Gazeur, Gazé

Paul Gascoigne : Gazza, Gazeur, Gazé

30 décembre 2021 0 Par Copa de Otro Mundo

30 décembre 1995. Paul Gascoigne, taquin, adresse un carton jaune à l’arbitre. Celui-ci, rigoriste, ne goûte que très peu à la blague et le sanctionne en retour. Un avertissement improbable.

Paul Gascoigne est aussi réputé pour son football que pour son caractère fantasque et ses problèmes liés à l’alcool. Son comportement l’a souvent  amené à défrayer la chronique. Parmi l’une de ses extravagances dont lui seul a le secret, en voici une amusante pour terminer l’année en toute légèreté.

1995. L’ancienne vedette de Newcastle, de Tottenham et de la Lazio joue sa première saison au sein du club écossais des Glasgow Rangers. Avec sa nouvelle équipe, il caracole en tête du classement général depuis fin septembre.

Le 30 décembre, les Rangers reçoivent Hibernian, alors troisième. Là où beaucoup s’attendent à une opposition serrée, les locaux explosent leur adversaire (7-0) assommant au passage tout suspens quant à l’issue de la compétition.

Mais ce score fleuve ne constitue pas le fait marquant de la rencontre. Non, c’est plutôt une situation insolite mettant aux prises le numéro 8 des Rangers et l’arbitre. Voyant que le directeur de jeu a égaré son carton jaune sur la pelouse, Gascoigne s’empresse d’aller lui restituer d’une manière déroutante et farceuse. Il mime de le sanctionner avec la biscotte. Tout le stade est hilare. Exceptée une personne… l’homme en noir évidemment. Manque d’humour ou rigidité absolue, Monsieur Smith l’avertit officiellement en lui adressant le carton jaune en retour.

Petit problème : c’est le cinquième avertissement de la saison reçu par Gazza. Ce qui le privera des deux prochaines rencontres des Rangers. Une plaisanterie chère payée d’autant plus que se profile le derby face au Celtic. Toutefois, cette péripétie restera sans grande conséquence puisque les Rangers sortiront invaincus des deux confrontations.

Quand on dit que parfois les arbitres manquent de psychologie, en voici le parfait exemple. Et puis, qui n’a pas rêvé secrètement d’imiter Gazza pour calmer sa frustration ou tout simplement pour apporter une once de dérision dans un match de foot ?